Ernest Pignon-Ernest Prisons
January 16th - March 29th, 2014

  • Image de l'exposition
    Exhibition view
  • Image de l'exposition
    Pignon-Ernest, Linceul IV, 2012, enc. 56 5/16 x 44 2/4 in
  • Image de l'exposition
    Pignon-Ernest, Ecce Homo X, 2012, enc. 44 2/4 x 56 9/16 in
  • Image de l'exposition
  • Image de l'exposition
    "Linceul". Lyon 2012
  • Image de l'exposition
    Pignon-Ernest, Prisons, 2013, 17 1/16 x 12 2/4 in
  • Image de l'exposition
    Exhibition view
 Désaffectée depuis 2009, la prison Saint-Paul à Lyon a « ouvert » une dernière fois en septembre 2012
pour les journées du patrimoine. Ernest Pignon-Ernest et d’autres artistes ont été invités à y intervenir.
« Avant que la transformation des lieux en campus ne provoque une amnésie collective, j'ai tenté d'y
réinscrire par l'image le souvenir singulier d’hommes et de femmes, célèbres ou inconnus, qui y ont été torturés
ou exécutés. Dans différents couloirs, cellules, cours, je me suis efforcé d’inscrire leur visage, leur corps, d’y
introduire le signe de l’humain. La prison Saint-Paul de Lyon n'est pas une prison ordinaire. Klaus Barbie y a sévi.
Jean Moulin, Raymond Aubrac, de nombreux résistants y ont été emprisonnés. Au cours de l'automne 1943,
deux jeunes résistants y ont été détenus et guillotinés sur ordre de Vichy. »
« Dans cette architecture carcérale du XIXème siècle, les murs affirment leur poids, leur pesante
épaisseur ; poids de pierres, de blindage, poids d'histoire et de douleur aussi… Les murs sont coiffés de ces
dentelles d'acier aiguisées et redoutables que sont les barbelés auxquels, dérisoires, pathétiques, sont
accrochés, comme des insectes dans une toile d'araignée, des lambeaux de vêtements, de couvertures et des
dizaines de « yoyos », ces bouteilles de plastique qu'avec l'aide d'une ficelle les détenus tentent de faire passer,
en les balançant de fenêtre à fenêtre. Cette image de yoyos pendus, la lecture de souvenirs publiés et quelques
dialogues avec d'anciens détenus m'ont suggéré le dessin de multiples yoyos, signes de colère, de désir, de
culpabilité, de désespoir, d'amour… »
Dans la prison Saint-Paul, a trouvé aussi sa place l'image du Parcours Jean Genet que l’artiste avait
commencé sous le Pont de Recouvrance, à Brest, en 2006.
L’exposition à la galerie présentera un ensemble de photographies et dessins liés à cette intervention éphémère.
Ernest Pignon-Ernest, né en 1942 à Nice, vit et travaille à Paris. Depuis plus de quarante ans il invente
des images qu’il appose sur les murs des cités. Aujourd’hui, il est unanimement reconnu comme un précurseur
de l’art urbain, le « street art ». En octobre 2012, le Courtauld Institute à Londres l’a invité pour une conférence
intitulée : « Before Banksy : Ernest Pignon-Ernest ».