Barthélémy Toguo Hidden Faces
Du 7 mars au 4 mai 2013

  • Image de l'exposition
    Vue de l'exposition
  • Image de l'exposition
    Toguo, Hidden Face VIII, 2013, 240 x 240 cm
  • Image de l'exposition
    Vue de l'exposition
  • Image de l'exposition
    Toguo, Ghost tonight L, 2012, 26 x 21,5 cm
  • Image de l'exposition
    Toguo, Hidden Face II, 2013, 107 x 90 cm
  • Image de l'exposition
    Toguo, Devil heads XXIV, 2011, 38 x 28 cm
  • Image de l'exposition
    Toguo, Hidden Face IV, 2013, 107 x 90 cm
  • Image de l'exposition
    Toguo, Ghost tonight XIV, 2012, 17 x 14,5 cm

Salon
Exposition en cours


Expositions passées




« Visages cachés », dit le titre. Barthélémy Toguo aime les têtes, les visages, les profils, les silhouettes. L’être humain est souvent double, constate-t-il, pile et face comme une monnaie, Janus énigmatique, difficile à décrypter. Les dessins de Toguo, noirs ou en couleurs, petits ou grands, sont envahis de têtes parfois cornues - le côté diable -, parfois souriantes - le côté ange ; parfois cloutées et crachantes, côté souffrance, parfois sereines ou béates. Pour sa deuxième exposition à la Galerie Lelong, l’artiste couvre les murs de dessins et le sol de tapis tressés par des femmes bamiléké du Cameroun, afin de créer un lieu de rencontre favorable à la causerie, à la palabre. La série de portraits photographiques Stand-up and walk !, pris sur le chantier de Bandjoun Station, est un hommage aux travailleurs menant une double vie pour assurer leur survie. Amené à cacher son visage, l’ouvrier qui change d’identité fuit avec ses bagages, se dissimule pour franchir la ligne, la frontière : au milieu de la galerie, un véhicule chargé de ballots aux tissus flamboyants évoque ce transit des migrants que Toguo ne cesse d’interroger avec ses tampons sculptés, ses barques, ses valises de bois… Enfin, Toguo montre une nouvelle étape de Head above water (commencée en 2004) : au Rwanda, presque 20 ans après le génocide, l’artiste est allé dans un collège de jeunes filles à Kigali. Il a donné la parole aux élèves nées alors, pour évoquer leurs rêves… Les 96 cartes postales sont réunies en un même panneau.