Sean Scully Metal
12 octobre - 19 novembre 2016

  • Image de l'exposition
    Scully, Mirror Burn, 2016, 69,9 x 59,7 cm
  • Image de l'exposition
    Scully, Mirror Pale Yellow, 2016, 69,9 x 59,7 cm
  • Image de l'exposition
    Scully, Landline Pale Green, 2016, 114,3 x 101,6 cm
  • Image de l'exposition
    Scully, Landline Red Yellow Blue, 2015, 101,4 x 89 cm
  • Image de l'exposition
    Scully, Wall Bloom, 2016, 200 x 300 cm
  • Image de l'exposition
    Scully, Wall Brown Pink, 2015, 69,9 x 69,9 cm
  • Image de l'exposition
    Scully, Wall Grey Blue, 2016, 69,9 x 69,9 cm
  • Image de l'exposition
    Scully, Figure, 2013, 114,3 x 101,6 cm
  • Image de l'exposition
    Scully, Wall Heat, 2016, 69,9 x 69,9 cm
  • Image de l'exposition
    Scully, Wall Blue, 2015, 69,9 x 69,9cm

Sean Scully a choisi d’intituler sa nouvelle exposition à la Galerie Lelong Metal. Par ce mot, il nous invite à voir le support caché sous la peinture, il révèle ce matériau qui réfléchit la lumière, élément central de son travail. Le métal, souvent prisé par les artistes minimalistes dans les années 60, nous rappelle que si la peinture de Scully manifeste une extrême sensibilité elle n’en reste pas moins construite et économe de moyens, organisée selon un dispositif rigoureux de carrés, rectangles, bandes horizontales et verticales. Sean Scully utilise l’acier pour ses sculptures, l’aluminium et le cuivre pour ses peintures. Sur ces métaux, la peinture glisse, le pinceau se déplace plus vite que sur une toile et l’ensemble gagne en animation. Souvent le support est mis à nu et la lumière, alors reflétée, devient une autre couleur dans la composition.

Cette rapidité d’exécution a favorisé chez Scully une évolution vers plus de souplesse et de liberté. Installé désormais aux environs de New York, le grand atelier où il travaille donne sur un jardin à la végétation dense traversé par un ruisseau, si naturellement évocateur du jardin de Monet, que Scully a fait réaliser, pour le franchir, un pont japonais sur le modèle de celui de Giverny. Avec le jardin, c’est la nature qui est entrée dans la peinture de Scully : lumière, mouvement de l’air et des feuilles ; une plus large respiration, de nouveaux accords chromatiques qui laissent penser que le souvenir de Monet n’est pas loin.

A 71 ans, Sean Scully jouit d'une reconnaissance internationale concrétisée par d’importantes rétrospectives qui ont eu lieu dans les plus grands musées du  monde : Francfort, Paris, Vienne, New-York, Philadelphie, Barcelone, Sao Paulo, Pékin, Shanghai, Munich, Dublin... Ses œuvres font partie des collections privées et publiques parmi les plus prestigieuses, notamment le Metropolitan Museum of Art, la Tate Gallery, le MNAM Centre Pompidou, le Guggenheim Museum de New York. En 2017, il sera notamment exposé au Hirshhorn Museum de Washington.