Paris — New York
Jean-Baptiste Huynh
WOMAN - Portrait de la beauté - 18 février - 11 mai 2019
WOMAN met en lumière la beauté du visage de la femme. Le portrait est au coeur de l’oeuvre de Jean-Baptiste Huynh depuis 25 ans. WOMAN s’inscrit dans la continuité de l’étude qu’il a réalisée sur le visage à travers les âges et les grands ensembles culturels, de 1996 à aujourd’hui (Chine, Corée du Sud, Ethiopie, Inde, Iran, Japon, Kazakhstan, Mali, Ouzbékistan, Pérou, Vietnam...).
Barry Flanagan
Solutions imaginaires - 14 mars - 11 mai 2019
Galerie Lelong & Co., Paris — Barry Flanagan (1941-2009) est, comme la plupart des grands artistes, difficilement « classable ». Sculpteur, dessinateur, graveur, installateur, il pratiquait l’art subtil et savant du contrepied, ce qui l’amena très tôt à s’intéresser à la ‘Pataphysique d’Alfred Jarry, cette « science des solutions imaginaires », jusqu’à devenir membre du Collège de ‘Pataphysique puis prénommer son fils Alfred.
Jean Dubuffet
Estampes - 14 mars - 11 mai 2019
Galerie Lelong & Co., Paris — Cette exposition réunit des oeuvres de diverses périodes de l’artiste : des lithographies de 1944 (Matière et mémoire) aux sérigraphies des Faits mémorables de 1978 en passant par de savoureuses figures à chapeau des années 50-60 et de superbes épreuves de ses « expériences lithographiques » de 1958-59.
Nancy Spero
The Warriors - 14 mars - 11 mai 2019
Galerie Lelong & Co., Paris — Cette exposition réunit autour d’une longue frise de 4 mètres, The Warriors, présentée sans cadre comme l’aimait l’artiste ainsi que, plusieurs oeuvres sur trois décennies (1966 à 1996).
Barthélémy Toguo
Urban Requiem - 15 mars - 11 mai 2019
Galerie Lelong & Co., New York — De la peinture, au dessin, de la photographie à la sculpture en passant par des performances ou des installations, Toguo traite de façon pertinente le problème des frontières, de la notion de déplacement, et d’exil. Au cœur de sa pratique, il intègre le concept d’appartenance qui découle de sa bi-nationalité Franco-Camerounaise. Ces œuvres créent le lien entre la nature et le corps humain à travers des mouvements poétiques et figuratifs.

Expositions

Du 18 février au 11 mai 2019, la Galerie Lelong & Co. invite Jean-Baptiste Huynh à présenter WOMAN - Portait de la beauté, une série de photographies pour la plupart inédites dans son espace avenue Matignon.
« Etant artiste visuel, photographe, c’est naturellement par le regard, par l’interprétation du réel grâce à la lumière que j’explore la question de la beauté. Elle nourrit mon travail depuis ses fondements il y a trente ans et est aujourd’hui le sujet même de l’étude photographique que je mène sur la beauté du visage de la femme dans son universalité, son authenticité et son intemporalité à travers le monde. Comment sublimer ce qui est beau ? Comment sublimer ce qui ne l’est pas ? Pourquoi ? Et la beauté, la laideur, existent elles en soi ? Parallèlement, je réalise une série d’interviews auprès de personnalités d’horizons variés - actrice, neuroscientifique, poète, musicien, grand couturier, architecte, galeriste, grand collectionneur, modèle - auxquelles je demande : Qu’est-ce que la beauté ? – Qu’est ce que la beauté représentée par l’artiste ? » Jean-Baptiste Huynh.

oeuvres Woman - Laura au serpent III Jean-Baptiste Huynh
Woman - Laura au serpent III
Jean-Baptiste Huynh
2012, Tirage baryté jet d’encre - Exemplaire 2/7, 120 x 120 cm
oeuvres Woman - Japan 1 Jean-Baptiste Huynh
Woman - Japan 1
Jean-Baptiste Huynh
2018, Tirage baryté jet d'encre - Exemplaire 1/7, 120 x 120 cm
oeuvres Woman - Ethiopia 1 Jean-Baptiste Huynh
Woman - Ethiopia 1
Jean-Baptiste Huynh
2018, Tirage baryté jet d’encre - Exemplaire 1/5, 180 x 180 cm

Lauréat de la Villa Médicis hors les murs, Jean-Baptiste Huynh expose dans différentes galeries et musées à travers le monde. En 2002, la Maison Européenne de la Photographie, à Paris, présente l’exposition Yeux accompagnée d’un catalogue rassemblant les portraits des plus grands photographes et peintres internationaux. L’École Nationale des Beaux-Arts de Paris lui consacre une rétrospective en 2006 sur ses portraits de voyage, Le Regard à l’oeuvre. En 2012, le Musée du Louvre l’invite à présenter l’exposition personnelle Rémanence rassemblant des images inspirées des collections du musée. En 2019, le Musée National des Art Asiatiques Guimet donne carte blanche à Jean-Baptiste Huynh pour concevoir une exposition et l’ouvrage qui l’accompagne selon son inspiration : INFINIS D’ASIE.

Très au fait de l’histoire de l’art et plus spécialement de la sculpture, Flanagan avait le talent de l’évoquer avec liberté et virtuosité, par des associations inattendues (boomerang et enclume, animal et gratte-ciel, trois grâces surprenantes), des modelages faussement désinvoltes et des trouvailles d’équilibre.

oeuvres Homage to Howard's Engineering Barry Flanagan
Homage to Howard's Engineering
Barry Flanagan
1999, Bronze, 118,1 x 53,3 x 45,7 cm
oeuvres The Three Graces Barry Flanagan
The Three Graces
Barry Flanagan
2009, Bronze, 106 x 116 x 116 cm
oeuvres Unihare on Crescent and Bell Barry Flanagan
Unihare on Crescent and Bell
Barry Flanagan
1995, Bronze, 134 x 95,6 x 57,8 cm

Cette exposition réunit des oeuvres de 1980 à 2009, où l’on retrouvera le lièvre fétiche que Flanagan a rendu célèbre – en position de penseur « à la Rodin », en lièvre-licorne bondissant, en musicien, en jongleur – mais aussi des dragons, des cloches, un croissant de lune et un chien. Cette exposition est organisée en collaboration avec The Estate of Barry Flanagan. Un catalogue sera publié, avec un texte de Didier Semin.

Jean Dubuffet (1901-1985) aimait le papier, l’encre, l’imprimerie… Il aimait les échanges avec les écrivains pour produire des livres, étant écrivain lui-même. L’estampe a donc été pour lui un art qu’il a pratiqué des années 40 au début des années 80, avec passion, allant par exemple jusqu’à installer à un moment son propre atelier de lithographie.

estampes Faits mémorables II Jean Dubuffet
Faits mémorables II
Jean Dubuffet
Faits mémorables II, 1978 Sérigraphie, 70 exemplaires, 75 x 97,5 cm
estampes Site avec trois personnages Jean Dubuffet
Site avec trois personnages
Jean Dubuffet
Site avec trois personnages, 1976 Sérigraphie, 50 exemplaires, 69 x 102 cm
estampes Personnage au chapeau Jean Dubuffet
Personnage au chapeau
Jean Dubuffet
Personnage au chapeau, 1962 Litographie, 50 exemplaires, 66 x 50,5 cm

Jean Dubuffet a créé sa propre fondation dès 1973. Très active, elle assure la connaissance, le respect et la promotion de son oeuvre régulièrement exposée dans les musées du monde entier. Elle travaille notamment à une importante exposition au MuCEM (Marseille) : Jean Dubuffet, un barbare en Europe qui débutera le 24 avril. La Galerie Lelong & Co. représente dorénavant la Fondation Dubuffet pour la réalisation d’agrandissements réalisés selon les instructions de l’artiste à partir de maquettes et projets dont la Fondation est légataire.

La question de la violence traverse tout l’oeuvre de Nancy Spero (1926-2009) : violence de la guerre (ses mémorables War Drawings du temps de la guerre du Vietnam), violence symbolique ou physique faite aux femmes et aux minorités (elle fut l’une des premières à se battre publiquement pour la place des femmes dans le monde de l’art), violence légitime des résistances (les combattants antinazis, les opposants à Pinochet…), violence poétique et expressive (Artaud). Qu’elle évoque un conflit précis ou qu’elle réalise une synthèse trans-historique, Nancy Spero savait assembler et monter des images puisées à de multiples sources pour produire des oeuvres dynamiques d’une force demeurée intacte et désormais entrées dans l’histoire de l’art.

oeuvres Gunship Victims Nancy Spero
Gunship Victims
Nancy Spero
1967, Encre et gouache sur papier, 61 x 91 cm
oeuvres War, birds of prey  Nancy Spero
War, birds of prey
Nancy Spero
1966, Encre et gouache sur papier, 48 x 60 cm
oeuvres Sans titre (Cimetière de Varsovie à l'extérieur du ghetto) Nancy Spero
Sans titre (Cimetière de Varsovie à l'extérieur du ghetto)
Nancy Spero
Impression manuelle et collage sur papier, 52 x 64 cm

Née à Cleveland (Ohio) en 1926, elle a étudié à Chicago puis à Paris où elle a vécu de 1959 à 1964 avec son mari, le peintre Leon Golub. Ses oeuvres figurent dans les collections de grands musées internationaux tels que le MoMA, New York, le Hirshhorn Museum, Washington D.C., The Museum of Contemporary Art, Los Angeles, The National Gallery of Canada, le MNAM Centre Pompidou, Paris, le
Kunstmuseum, Düsseldorf, le Reina Sofia, Madrid... Son oeuvre est présentée jusqu’au 17 février 2019, pour la première fois au Mexique, au Museo Tamayo. Une rétrospective itinérante retraçant avec précision sa carrière, débutera cet été au Folkwang Museum d’Essen et se poursuivra à Skärhamn en Suède, puis à Humlebæk au Danemark et enfin à Lillehammer en Norvège.

Toguo puise son inspiration à travers des mouvements sociétaux tels que #BlackLivesMatter ou la crise des réfugiés. Il confiait récemment « Ce qui me guide c’est la constante évolution de l’esthétisme mais également la notion d’éthique, qui structure ma façon de travailler. »

oeuvres Stupid African President. Speech Barthélémy Toguo
Stupid African President. Speech
Barthélémy Toguo
Photographie, 163 x 125 cm, 2006
oeuvres Homo Planta B Barthélémy Toguo
Homo Planta B
Barthélémy Toguo
Peinture, 173 x 173 cm, 2018
oeuvres Black Lives Matter, Trayvon Martin Barthélémy Toguo
Black Lives Matter, Trayvon Martin
Barthélémy Toguo
Peinture, 99 x 79 cm, 2018

Toguo est né à M’Balmayo, en 1967 au Cameroun. Il vit et travaille actuellement entre Paris et Bandjoun au Cameroun.